Les homosexuels et les bisexuels et le cancer de la prostate

L’expérience du cancer de la prostate est une expérience personnelle et unique pour chaque homme et son cercle de soins. Même si de nombreux hommes peuvent vivre des expériences semblables, certains problèmes et certaines préoccupations touchent des hommes et des groupes d’hommes plus que d’autres. La présente section de notre site Web aborde certains des problèmes les plus courants que les homosexuels doivent affronter lorsqu’ils reçoivent un diagnostic de cancer de la prostate.
 
Les recherches sur le cancer de la prostate sont très nombreuses, mais peu ont trait à l’expérience et aux besoins que vivent les homosexuels. Nous espérons que vous trouverez des réponses à certaines de vos questions.
 
Pour des raisons de simplicité, nous utilisons le mot « homosexuel » pour désigner les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (désignés par l’acronyme HARSAH en santé publique) et qui peuvent s’auto-identifier comme gais, homosexuels, bisexuels, bispirituels, transgenres.  
 
Pourquoi le cancer de la prostate est-il particulièrement important chez les homosexuels?
L’expérience du cancer de la prostate diffère de plusieurs façons chez les homosexuels. Certaines différences sont simplement physiques, tandis que d’autres sont psychologiques et sociales. Les facteurs propres aux homosexuels que nous aborderons plus en profondeur sont les suivants :
  • l’expérience physique des relations sexuelles avec d’autres hommes
  • l’aspect social de la communication de votre diagnostic à d’autres hommes
  • l’obtention du soutien nécessaire des professionnels de la santé
  • l’image corporelle associée au diagnostic de cancer de la prostate
  • le VIH et diagnostic de cancer de la prostate.
 
Relations physiques avec d’autres hommes
De nombreux hommes atteints de cancer de la prostate n’auront peut-être jamais de signes ni de symptômes ou n’auront jamais besoin de traitement. Peut-être le cancer dont ils sont atteints en est un à l’évolution très lente qui ne cause aucun problème ou n’exige pas de traitement. Ces hommes peuvent continuer d’avoir des relations sexuelles avec d’autres hommes sans avoir à adapter leurs pratiques habituelles.
 
Par ailleurs, les hommes atteints d’une forme plus virulente de cancer de la prostate qui nécessite un traitement doivent se renseigner le plus possible sur les effets secondaires auxquels ils seront exposés pour mieux se préparer à les gérer, s’ils surviennent. Les effets secondaires courants qui peuvent nuire à votre expérience sexuelle sont les suivants :
  • dysfonction érectile
  • orgasmes sans éjaculat
  • infertilité
  • diminution de la libido
  • incontinence
  • effets secondaires sous forme de problèmes intestinaux
  • modifications de l’image corporelle
  • diminution de l’estime de soi
 
Dysfonction érectile
La dysfonction érectile est peut-être l’un des effets secondaires les plus graves qui préoccupent les hommes. Toutefois, chez les homosexuels, la dysfonction érectile peut avoir des répercussions plus importantes dans leur vie s’ils sont les pénétrants (« top ») parce qu’il faut une érection plus ferme pour pénétrer un anus qu’un vagin. La dysfonction érectile pourrait affecter comment un homme est perçu parce qu’il peut sembler peu intéressé par son partenaire ou peu excité. Il est important de savoir qu’il existe plusieurs traitements qui aident à traiter la dysfonction érectile. Parlez des options avec votre médecin.
 
Orgasmes sans éjaculat
Certains traitements du cancer de la prostate tels que la prostatectomie radicale (c’est-à-dire l’ablation chirurgicale de la prostate) engendreront l’incapacité à produire du sperme et à éjaculer pendant un orgasme. On parle dans ces cas « d’orgasmes sans éjaculat ». Certains hommes, en particulier les homosexuels, trouvent que cette situation diminue leur expérience sexuelle ou celle de leur partenaire. Il est important d’avoir une conversation honnête et ouverte avec votre partenaire ou les hommes avec qui vous avez des relations sexuelles afin d’établir des attentes réalistes et de trouver d’autres moyens d’avoir une vie sexuelle satisfaisante.
 
Infertilité
Certains traitements du cancer de la prostate peuvent influencer votre capacité à produire du sperme et, par conséquent, votre capacité à procréer. Vous pouvez envisager de stocker votre sperme (banque de sperme dans une clinique) avant de commencer les traitements du cancer de la prostate. Votre équipe soignante peut vous indiquer des cliniques de fertilité et vous parler du stockage du sperme. 
 
Diminution de la libido
La diminution de la libido est un effet secondaire physique et psychologique courant du traitement du cancer de la prostate (en particulier de la radiothérapie). Les hommes atteints de cancer de la prostate ne doivent pas prendre le traitement habituel de testostérone parce qu’il favorise la croissance du cancer.

Envisagez de consulter un conseiller professionnel ou un sexologue, seul ou avec votre partenaire, en particulier si l’anxiété peut contribuer à la dysfonction érectile ou à une diminution de la libido. Un conseiller ou un thérapeute peut aider les hommes à renouer, à communiquer et à envisager diverses façons de vivre l’intimité. 
 
Ablation de la prostate
Le tissu de la prostate est sensible au toucher et à la pression, ce qui en fait une zone érotique chez de nombreux hommes. Certains hommes retirent du plaisir de la stimulation de la prostate, soit par un vibrateur, un coït anal ou un massage péritonéal. Malheureusement, de nombreux traitements du cancer de la prostate consistent soit à enlever soit à détruire le tissu prostatique, ce qui modifie l’expérience sexuelle de certains hommes qui aiment ce type de stimulation. Parlez à votre partenaire et explorez ensemble différentes façons de vous stimuler et d’éprouver du plaisir.


 
Incontinence
L’incontinence est la fuite involontaire d’urine. Elle survient lorsque le sphincter, le muscle qui contrôle le flux urinaire de la vessie, s’affaiblit et ne peut plus fermer. Les traitements du cancer de la prostate dont la radiothérapie, la prostatectomie radicale et la RTUP (résection transurétrale de la prostate), peuvent causer l’incontinence.

 Types d’incontinence

Les types les plus courants d’incontinence chez les hommes atteints de cancer de la prostate sont les suivants :
  • L’incontinence à l’effort se produit quand l’urine s’écoule lors de certaines activités qui compriment la vessie (par exemple, lorsqu’on rit, qu’on tousse ou qu’on fait de l’exercice.
  • L’incontinence d’urgence se produit quand on ressent une envie forte et pressante d’uriner.
Haut de la page


Traitement de l’incontinence

Le traitement et la gestion de l’incontinence peuvent comporter les mesures suivantes :
  • Modification de son mode de vie : Boire moins, éviter l’alcool et les boissons contenant de la caféine, éviter de boire avant d’aller au lit et perdre du poids peuvent s’avérer bénéfiques.
  • Médicaments : Certains médicaments peuvent réduire l’irritabilité de la vessie et en diminuer les spasmes, ce qui peut atténuer l’urgence et la fréquence des mictions. Certains hommes qui souffrent d’un blocage dans l’urètre pourraient être soulagés par des médicaments qui favorisent l’élimination.
  • Exercices : Les exercices de Kegel renforcent les muscles du plancher pelvien. Demandez des conseils à votre médecin.
  • Intervention chirurgicale : Si la modification du mode de vie et les médicaments ne suffisent pas, une intervention chirurgicale pourrait s’avérer nécessaire. Discutez des options possibles avec votre médecin.

Effets secondaires sous forme de problèmes intestinaux
Plusieurs traitements du cancer de la prostate touchent à la paroi du rectum, ce qui peut provoquer une inflammation de l’intestin, un besoin urgent de déféquer, des crampes, de la diarrhée et de l’incontinence anale (perte involontaire des matières fécales de l’intestin). Ces effets peuvent changer l’expérience sexuelle d’un homme, en particulier s’il est le partenaire pénétré (« bottom »). Après un traitement, assurez-vous auprès de votre médecin qu’il est sans danger de reprendre les activités sexuelles au cours desquelles il pourrait y avoir pénétration.
 
Image corporelle
Les traitements du cancer de la prostate et les effets secondaires peuvent avoir des répercussions importantes sur l’image corporelle d’un homme. Certains hommes se perçoivent comme peu attrayants, peuvent devenir anxieux au sujet du sexe ou se sentir mal à l’aise des changements que subit leur corps à la suite de certains traitements. Ces sentiments sont légitimes et vous n’êtes pas le seul à vous sentir ainsi. Demandez conseil à votre équipe soignante, adhérez à un groupe de soutien composé d’hommes qui vivent des situations semblables et parlez à votre partenaire, à des membres de votre famille et à des amis de vos sentiments et de ce que vous vivez.
 
VIH et cancer de la prostate
L’incidence du VIH (virus de l’immunodéficience humaine) est supérieure chez les homosexuels. Il existe cependant peu de recherches sur le risque de cancer de la prostate et la séropositivité. Si vous êtes séropositif et recevez un diagnostic de cancer de la prostate, parlez à votre équipe soignante. Ses membres peuvent adapter votre régime de traitement et s’assurer que ce dernier n’a pas d’interaction néfaste.
 
La communication avec des professionnels de la santé
Certains hommes se sentent mal à l’aise d’informer leur médecin ou autre professionnel de la santé de leur orientation ou préférence sexuelle. Votre équipe soignante est là pour vous aider pendant cette période où vous vivrez le cancer de la prostate. Si vous informez les professionnels de la santé de vos relations sexuelles avec des hommes, ils pourront vous donner l’information et les conseils dont vous avez besoin ou que vous souhaitez avoir et vous aiderez votre équipe à vous offrir les meilleurs soins possible. Si vous ne vous sentez pas à l’aise avec l’équipe soignante, n’hésitez pas à demander un deuxième avis concernant les traitements ou la gestion de leurs effets secondaires.
 
 
Si vous avez des questions, des préoccupations ou des appréhensions concernant votre expérience du cancer de la prostate, parlez personnellement à un spécialiste de l’information, en toute confidentialité, en téléphonant sans frais au 1-855-722-4636 ou en envoyant un courriel à soutien@prostatecancer.ca
 
Explorez nos webinaires de L’Angle de l’expert, dont la présentation de Mme Tae Hart, Ph. D., intitulée Comprendre l’expérience des homosexuels et des bisexuels en ce qui a trait au traitement du cancer de la prostate (en anglais seulement)



Inscrivez-vous à nos nouvelles

* obligatoire






 
Contenu en vedette
Des chercheurs de l'UdeS font une découverte majeure

Premier cancer en importance chez les hommes, le cancer de la prostate touche un Canadien sur sept.
plus


Cancer de la prostate nouvelles